Laisse tomber tes dentelles

essaye à coup de cils
et de crayons ma peine
s’effile

quand à coup de bas
résilles ta voix me craque
comme un vieux vinyle

et sans absinthe mon regard
porte jusqu’aux enceintes
là bas coté cours

voler à ton aile
toi ma poule paradis

j’aime à t’aimerl
sans équivoque

purement et simplement 
là accoudé sans ordre
ni répit 

je hoche du crâne 
et dit
Michelle

laisse tomber tes dentelles
allons sous l’ombrelle

figer le temps

d’une aile..

F dans Poésie.
- 744 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.