L'Amant

L'amant,

 
 
Elle se protège de la vie
Piquante, si triste et amère
Qu’elle voyagera dans l'envie
Tel le courant de la rivière.
 
Elle refusera cet Amour
Couleur décoloré à l'abstrait
Celui qui ne cessera toujours
La rime sans ou avec attrait.
 
Lorsque malgré tout rien n'y fera
Alors elle cherchera l'amant
Mais comment elle résistera
A l'effluve qui passe du temps.
 
A la pénombre d'un triste soir
Elle reverra donc cette vie
Celle qui vous étreindra si tard
A la recherche de cet ami.
 
Poursuivre alors cette tristesse
Si maladroite et mal aguerrie
Parcourir avec allégresse
Cette rosée du temps infini.
 
Triste allégorie matinale
Ne vivant que de nos cauchemars
Nous traine, ceux qui restent et râlent,
Tout le long de nos faux miroirs.
 
Vivons donc notre tristesse
A l'affût de nos moindres regrets
En évitant toute paresse
Que nous ne saurions éliminer.
 
L'Amour fuit et fuira à jamais
Tel l'arc en ciel et ses sept couleurs
Qui, a l'orée du soleil léger
Disparaîtra comme le voleur !
 
Basile Béranger Chaleil
 

Le 05 Août 2013

Basile dans Poésie.
- 37 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.