l'amante

Seule, sur une plage, les cheveux aux vents
Une bise caressant mon visage, scrutant l horizon
mon regard illuminé par un soleil couchant
sa lueur effleure ma peau
berce par le murmure des vagues 

Je me retrouve rêvante a la douceur d'un corps dénudé et fragile
Me délectant du goût de la chair,
Suffocante, frémissante sous ses doigts
La sensualité a fleur de peau comme seul cadeau
Je m abandonne au grés du temps
où la passion a fait irruption

Poussant un dernier cri s'évanouissant dans la pénombre
où ses corps ne forment plus qu un pour un seul destin
Celui où la raison à oublier d 'écrire son nom

oedipe dans Poésie.
- 1039 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.