L'ÂME AILÉE

L'ÂME AILÉE

A califourchon sur une allumette,
Voguant sur des effluves
Et des courants d'étuves,
Je cherche des mots amulettes.

Accoudé à un bar perdu
J'ingurgite des mignonnettes,
Je pense à faire place nette
En évacuant le surplus.

A cheval sur une amulette
Lentement je cavale
Entre des fleurs du mal
Et des lieux obsolètes.

Au sein de la mêlée, je jette
Sur une rame virginale
Des phonèmes en cavales
Et des rafales de tempête.

L'âme ailée et muette,
Est maintenant parée,
Prête à se dévoiler
Au flash bleuté d'une allumette.

Gaspard Collal dans Poésie.
- 114 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.