L'AMITIE ...

                                           Brisant ma solitude, elle survint un jour,
                                           Venue de l’inconnu, souffrant des mêmes maux ;
                                           Ce que mon cœur cachait, elle le disait tout haut,
                                           « L’Amitié » vint à éclore, belle de jour…

                                           Incertaine et éphémère, ou pour toujours,
                                           Ivre de jeunesse, aveuglée d’idéaux,
                                           La force de l’union, visait l’Eldorado ;
                                           Ou tombé dans l’abîme, sa main portait secours…

                                           Je l’ai rencontré, au détour d’un sourire,
                                           Errante, à la recherche d’une âme sœur,
                                           Portant dans ses mains, sincérité et son cœur,
                                           Ensemble avons marché, détournant le pire…

                                           Fougue de jeunesse, visait un empire,
                                           Il reste la mémoire et un goût de douceur ;
                                           Enivrés de la vie, sans occulter l’honneur,
                                           Nous étions riches, de peines et de rires…

                                           La croyant disparue, elle est encore ici,
                                           Patiemment endormie, ignorant la rancœur,
                                           Éveil symphonique, dont on entend les chœurs,
                                           Victorieuse ! Que le temps n’a point obscurci…

                                           Vulnérable, je ne puis dire que « Merci ! »
                                           La vie n’efface point, la mémoire du cœur,
                                           Finalement, tu as fait de nous des Vainqueurs,
                                           Je me souviens…Nos vingt ans…Tout est bien précis :
                                           
                                           Le destin est écrit, l’enfant quitte le nid,
                                           Pensant être « un Homme », projette loin devant,
                                           Seul dans la horde, voit l’horizon en rêvant,
                                           Nostalgie…Son passé est une litanie…

                                           Il revoit tous les siens, hanter ses insomnies,
                                           L’Amitié apparaît, comme un soleil levant,
                                           Venue d’on ne sait où, dans le souffle du vent ;
                                           Soutien de « l’Ami », vaut famille réunie…

                                           L’Amitié s’abreuve de notre jeunesse,
                                           L’une en croissance, que le temps embellit,
                                           Voit l’autre s’éteindre, dans la mélancolie,
                                           Pour acquérir enfin, la « Grande Sagesse » …

Noel Turo dans Poésie.
- 1074 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.