L'amour

Amour

De jour 
En jour
Et
De nuit
En nuit,

Affaiblie de toi-même
 par 
tes contre jours
Sous ces abats-jours
Qui se livrent 
En soirée
Et dérivent
Entre deux rives
Dans cette paix.
 
De jour 
En jour
Comme sous un abat-jour
Le soleil blafard
Se peint de multiples couleurs
Au soleil
Qui se couche si tard.
 
Atteinte
Je frémis
Parfumée de Jasmin 
Et d’aubépine.

Piqué par une rose 
Et ses épines,
Je suis
L'ancestrale rivière qui te tente
 
Et te dit de la suivre.

Sous le mordant 
D’un soleil de cuivre.

Le flot des larmes 
Qui délivre
Le sel de mon aubade.

Et de mes livres
Du fond de mon coeur,
Je te livre
Les plus belles lettres
De ma vie.
 
Il parait parfois 
Que des créatures sont mortes
Depuis la nuit des temps, 
Du renoncement,
Il parait parfois 
et je veux bien l’admettre, 
Que l’amour 
Nous tue lentement.
 
Mais l’amour est une théorie
Comme un trésor de jasmin
Oui, l’amour est fantasmagorie.

Me voilà vieille,
Me voilà devant la porte
Que je n'ose pas ouvrir
De peur 
D'atteindre la lumière
De me sentir portée
Loin de toi,
Loin de notre bonheur.

Oh mon amour !

Raymonde P. dans Poésie.
- 319 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.