L'Amour pour apparat

Un poème en Hommage à tous les poètes


Pauvre errant solitaire emportant mes chagrins
J’allais vers cet ailleurs qui n’avait pas de nom
J’avais pour compagnons la douceur des chemins
La clarté des étoiles et la chanson du vent

J’avais perdu ma foi, enterré mes amours
Je pleurais l’infortune en vers et en quatrains
Je disais traitrise des loups et des vautours
Régnant en ce bas monde en maîtres souverains

Je voyais le soleil mourir au crépuscule
Ouvrant les ténèbres aux ombres de la nuit
Qui jouaient sur le sol un ballet ridicule
Etalant sous mes yeux, mirages que je fuis

J’ai cherché sans espoir, fouillant chaque horizon
Une terre d’asile où chasser mes démons...
J’ai entendu un soir s’exhaler des chansons
Venant d’une oasis où l’amour se fait don

On partagea le pain, on m’ouvrit grand les bras
De ce foyer heureux, havre pour égarés
Où des frères et sœurs ont pour seul apparat
Que l’amour à offrir aux coeurs désemparés

Poesiade dans Poésie.
- 819 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.