L'âne

L'âne

Doux comme un agneau
Il traîne sur son dos
D'énormes lourds fardeaux
Chaque jour va au trot
Tant sur les ornières
Que dans la poussière
Du chemin fastidieux
Et sous les supplices
Du maître complice
Sans secours du Bon Dieu
Ni pitié du maître
Sans chahut, sans braire
S'étale par terre
Pour plaindre son chagrin
A comme seul ami
L'herbe fraîche du chemin
Ceux qui lui font ennemis
Le croient toujours traitre
Petit âne têtu
Parce que la soif le tue
Puis quand le soir venu
S'allonge sur le sol
Pour soulager son dos

Marguerite Voltaire

NB: sous la pointe de ma plume (Recueil)

De Margotin dans Poésie.
- 742 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.