L'ange gardien

L’ange gardien

Peut-être est-il tout près ! Parfois je sens que passe,
Dans ces moments où rien ne me raccroche à rien,
Une aile ! Sur mon front, un souffle aérien,
Comme un baume descend au travers de l’espace.

Invisible ! Il est là ! « Que ta peine s’efface ! »
Dit-il ! De quelle sphère ou de quel méridien
Viens-tu me consoler - d’un mot - ange gardien ?
Pourtant, elle demeure impassible et tenace !

Alors, comme on soulage un poids lourd à porter,
Etrangement, en moi, soudain je sens monter,
Sous la désespérance un étrange courage.

Quelqu’un nous aime plus lorsqu’on est à genoux,
Pleins de tristesses, pleins de chagrins et de rage,
Silencieusement quelqu’un veille sur nous !


25.05.15 ©

UN POETE dans Poésie.
- 1115 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.