l'Aquarelle…

Le promeneur choisit son Aquarelle...
Sur sa palette de saison, la nature compose ses propres couleurs…
Parfois elles s'envolent, dans un arc en ciel... Réunissant le ciel et la terre, comme un arc de triomphe... Il suffit d’être au bon endroit, au bon moment.

                                                  La nuit noire s'efface, dans un bleu pastel,
                                                  Le jour va paraître, éternel rituel,
                                                  La lune fuyante, entraîne les ténèbres,
                                                  Puis... La lumière d'argent jaillit, superbe...

                                                 Angélus... Aurore...L'orfèvre au soleil d'or,
                                                 Croise en douceur, la vie nocturne qui s’endort ;
                                                 Fraîcheur matinale, la nature frémit,
                                                 S'éveille, odorante...Chante à l'infini...

                                                Valse des couleurs...Là-bas... L'horizon cuivré,
                                                Atténue ses nuances et s'en voit navré ;
                                                L'aube pigmente, un tapis de feuilles mortes,
                                                Brunes, ocres, rouges... Qu'un rayon emporte...

                                               Majestueuses, des montagnes hors d'âges,
                                               Coiffées de blanc, dominent les pâturages ;
                                               Les flancs abrupts, semés de granits roses,
                                               Que Zeus aurait jeté, un jour bien morose...

                                               Des cyprès, piqués comme des banderilles,
                                               De toutes tailles, semblent vivre en famille ;
                                               De vertes prairies, scintillent dans la rosée,
                                               Étalent l'espérance, ainsi exposée...

                                              Duel coloré, parmi les fleurs sauvages,
                                              Se mêlent, s'accordent...Cachées dans l'herbage,
                                              Se confondent... Dans la brume opaline,
                                              Flottent au vent... Caresse... Le soleil butine...

                                             Sur l'autre versant, elles quittent la campagne,
                                             La mer bleue... Imposante, est leur compagne,
                                             Dame nature, revoit son paysage,
                                             Comme une reine, soignerait son visage...

                                             Bleu marine... Qui parfois imite le ciel,
                                             Les vagues se jettent, sur les rochers vermeils ;
                                             Si petit... L'homme contemple l'immensité,
                                             Au loin, là-bas... On côtoie l’éternité...

                                             La terre aride, glisse vers le sable,
                                             S'abandonne à la mer... Inaltérable ;
                                             Quand les flots se démontent et la terre gronde,
                                             L'écume blanche, marque l'entre deux mondes...

                                             Comme enivré, de plantes odorantes,            
                                             Jusqu'au rivage, un chemin blanc serpente,
                                             Seuls à la marée, les pêcheurs le fréquentent,
                                             Il semble plonger, dans l'onde triomphante...                     
                                             
                                             Plus loin des chalutiers, attendent leurs marins,
                                             Petit port de pêche... Tableau dans un écrin,
                                             Multicolores... Balancent au gré des vagues,
                                             Amarres tendues, où s'accrochent des algues...

                                            Calmement un homme, répare ses filets,
                                            Tandis qu'un artiste, en costume et gilet,
                                            Fige à jamais, la vie sur un chevalet,
                                            Dans le ciel, des mouettes forment un ballet...

                                            Une taverne, à côté de la criée,
                                            Accueille les pêcheurs, avant d'appareiller,
                                            Les soirs d'été, se transforme en guinguette,
                                            Et l'accordéon, joue un air de musette...

                                           Une femme en noir, est sur le bord du quai,  
                                           Les yeux vers l'horizon, au visage marqué,
                                           Sa vie s'est embarquée, il y a des années,
                                           Elle supplie la mer, au lieu de la damnée...

                                           Un matin de printemps, le temps s'est arrêté,
                                           Une âme s'est envolée, vers la voie lactée,
                                           Elle pense aux jours radieux, avant de dire adieu,
                                           Bénit les amoureux, qui parlent avec les yeux...

                                          Le soleil s’agrippe, en haut de la montagne,
                                          La boule de feu, envahit la campagne,
                                          L'astre persiste, réchauffe l'aquarelle,
                                          Se cache … Faisant de la cime une ombrelle...

                                          Quelques nuages, aux formes sculpturales,
                                          Se teintent de noirs, de gris, jusqu'à l'opale,
                                          S'incrustent, envahissent l'azur ténébreux,
                                          Qui, tel l'orage d'été, devient coléreux...

                                          Les premières gouttes, sur le sol poussiéreux,
                                          Le tableau, devient nostalgique... Langoureux,
                                          Une odeur s'échappe, de la terre assoiffée,
                                          Le vent s'acharne, dans les arbres décoiffés...

                                          Perles de pluie, contre lumière astrale,
                                          Combat de géants, aux teintes picturales,
                                          Où le maître d’œuvre, dans son inspiration,
                                          Finalise et signe, sa composition...

                                          Spectacle grandiose, cadre éphémère,
                                          Qui semble relier, les deux hémisphères,
                                          La voûte céleste et la terre s’éclairèrent,  
                                          Dans un arc en ciel... Les couleurs s'envolèrent...

Noel Turo dans Poésie.
- 107 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.