L'arc-en-ciel de l'enfance.

Ce texte est une réponse à CONJUGUER ETRE UN ENFANT SAGE de coralie.
Quand le soleil s'étire entre les bras de la pluie, il arrive que la lumière s'unisse à l'eau pour tisser l'espace d'un moment la gamme irisée des sept couleurs d'un arc-en-ciel.

Ses nuances subtiles tiennent à la fois de l'alchimie visuelle et de l'effet d'optique. Elles nous montrent ce que nous ne voyons pas; elles viennent transporter sur la terre le reflet, la trace et la lueur d'un paradis voilé qui se découvre un instant, en même temps que montent les sentiments de fins d'averses, sur les chemins humides et les rues détrempées.

L'arc-en-ciel brille alors comme un pont de sourires, de ritournelles enfantines, d'éclats de rires et de larmes.
Entre l'ici et l'ailleurs, entre l'en deçà et l'eau-delà, entre l'ici-bas et l'au-dessus, entre les instants de la vie, entre l'avant et l'après. 
 
Il exprime dans la gamme de ses couleurs toute la palette des sentiments humains.

Il semble recéler à la fois les clefs du regard et celles du savoir comme si chacune de ses teintes évoquait
l'une des facettes de ce passage qui nous permet de nous construire dans cette parenthèse furtive qui sépare enfance de l'âge adulte.....

Il nous faudra tirer de la réalité provisoire de ce pont des soupirs pour enjamber le gouffre qui sépare le ventre et les caresses d'une mère , des gestes et du ventre d'une amante... Il nous faudra sans doute l'adresse ou la maladresse, le savoir ou l'ignorance de ces maîtres indispensables que sont les parents, ces passeurs d'images, de mots, de connaissance, d'amour, de mémoire.

Et que les murs de nos maisons où nous avons grandi, aient constitué pour nous les limbes protectrices
d'un havre de bonheur et de paix, au-delà même du plaisir et de l'ennui, au-delà des bons et des mauvais moments, au-delà de nos premiers baisers comme de nos premières morsures, au-delà du vert de l'espérance, au-delà du rouge de la violence, du jaune de l'humiliation, au-delà du bleu du réconfort, de l'orange de la sensualité, au-delà de l'indigo de l'exclusion et du violet de la transcendance, nous gardons de ces temps passés l'ineffable nostalgie qui rattache toujours l'homme à la source perdue de son enfance.

Parents, vigies vigilantes, balises ancrées, enracinées sous la voûte du firmament, sous la trajectoire fulgurante des étoiles filantes...

Parents, ils garderont la fonction des quatre points cardinaux, et le seul souvenir de leurs enseignements,  permettra de redonner le nord à la girouette d'une vie affolée par les grands vents de l'existence...

Marc de St Point dans Poésie.
- 438 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.