Latente

Je te regarde ardente et lavée de désir
Le corps et l'âme prêts à ouvrir leurs quinquets.
État plaisant: je succombe l’œil aux aguets,
Dégoulinante de sentiments, de plaisir.

En apesanteur au-dessus de mes forfaits
A venir que je rêve encore plus parfaits,
La chaleur d'une main, d'un baiser faisant jouir
Mes yeux ma peau et mon souffle à n'en plus finir.

Depuis lors je suis devenue un piège à songe,
À murmure et à coup d’œil ou alors empreinte
Piège à sourire, souffle ou encore une éponge
Que je restituerai au centuple à l'étreinte.

CrayonGris dans Poésie.
- 1268 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.