L'aube lumineuse

Les hirondelles volent sur les lendemains
Pour soulever le voile du temps.
Ta lèvre frémit en onde douce,
Savoure et retient l'instant.
Dans l'abandon des cortèges anciens
Dégringolent les certitudes
Et les morsures des lits défaits.

C'est le bonheur des bouquets de blés mûrs
Le soupir des granits vivants,
Et le ciel frôle ma joue,
je t'appartiens vraiment.
Libre mousse, fleurs des champs
Envahissent ma page blanche
En guirlandes de soleil.

Ton cœur cogne à ma porte
Et mon toit se soulève
Pour chasser le silence.
J'ouvre la fenêtre sur l'orée de la vie,
Le grand arbre déverse sa sève
En grands éclats de rire,
En arabesques de miel.

Dans la ronde des mots avoués
L'air a l'odeur du bon pain.

lalavandiere dans Poésie.
- 1026 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.