Lavis au masculin

LAVIS AU MASCULIN


La vie au masculin, c'est tel un lavis livide
L'homme en est avide, les lacs s'évident
Le sang la colère la violence et finalement
Retour à la maison : l'antre de la matrice initiale

Le guerrier a pris le pas sur le père,
Le bourreau prend le prix du labeur;
L'homme paie le prix de la peur
Lavis singulier bleuté, tacheté, et traces rouges.

Le lavis masculin, émasculé
L'émasculation, les androgynes m'ennuient,
Le sine qua non, le tangible … bref avoir une bite deux couilles
Cela ne suffit pas pour être un "hômme" un vrai un dur.
C'est bien la féminité masculine
Qui prend le pas sur l'intime, dés lors quel est –il ?

L'éléphantesque phallus que fait de moi ce mâle ?
Ou l'éléphantiasis de mes testicules qui fait de l'homo sapiens sapiens ?

Cette dichotomie, cette antinomie cette coupure cette rupture
Sont, pour le masculin, fondamentales
Elles l'individualisent, le particularisent.
Mais bien souvent une vie d'homme c'est la risée
De l'avis d'une femme,
Une simple esquisse d'arquebuses
Un las vis à peine sculpté dont on abuse
Et avec lequel il suffit que l'on s'amuse
Pour qu'il se croit le nombril du monde

Fabien Rogier dans Poésie.
- 931 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.