Le cœur et l’âme

J’aimerais, mon amour, te montrer autre chose
Que ce corps condamné, où la vigueur  a fui
Marcher à tes cotés même en pensée je n’ose
Je suis cloué au lit et le jour et la nuit

Dans ce coma profond où la vie m’a plongé
Il me reste une joie, je peux t’aimer encore
Trembler pour un baiser, sur mes lèvres, posé
Puis garder dans mon cœur ton parfum que j’adore  

Si tu savais, amour, que je n’étais pas mort
Que j’entendais tes mots et côtoyais ton âme
Je lutterai toujours contre ce coup du sort
Ma passion pour toi minimise ce drame

Pour être à tes cotés j’aurais donné ma terre 
Vendu mon âme au diable et trompé mes amis
Maintenant tu es là jusqu’à ma fin j’espère
Je t’aime comme un fou je suis au paradis
 

chavigner dans Poésie.
- 854 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.