Le corbeau amoureux

La vie est bien souvent difficile à comprendre
Depuis de nombreux jours, de nombreuses nuits
Un corbeau amoureux essayait de se pendre
Très maladroitement à la chaîne du puits  

Malheureux de le voir mettre tant d’énergie
Dans ce triste projet et détruire sa vie            
Doucement j’approchai de l’oiseau suicidaire  
Qui sauta sur ma main sans autre commentaire

Utilisant son bec il m’expliqua en morse
Qu’il était amoureux d’une pigeonne corse
Rencontrée par hasard  sur un toit de Paris
Ce fût le grand amour, suivirent des petits

Mais vivre chichement déplaisait à la dame
Et peu à peu ses vols dépassaient notre dame
Un jour elle disparue en laissant ses petits
Vers des plages dorées allaient ses appétits

Tant qu’il n’était pas seul il trouvait tout très beau
Mais peu à peu le temps devînt gris pour l’oiseau
Qu’on soit chat ou corbeau on souffre d’être noir
Il  dût s’expatrier à son grand désespoir

Pourtant dans ma région à moins d’être chasseur
On aime  les oiseaux quelque soit leur couleur  
Mais amoureux toujours de la pigeonne tendre
Notre noir corvidé  eut envie de se pendre

Dans le fond d’un tiroir l’adresse était restée,
Du petit restaurant « le pigeon voyageur »
Le patron cuisinier avait aussi un cœur
Une lettre d’amour fût en corse envoyée
 
Maintenant sous mon toit la belle est revenue  
« C’est à freux » est gravé au dessus du perchoir
Et l’eau pure du puits sera la bienvenue
Pour les deux oisillons l’un tout blanc l’autre noir

chavigner dans Poésie.
- 848 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.