Le dernier voyage

Il vente à décorner des cocus
De France et de Navarre,
Il vente tellement que le marché
S'est vidé de ses étals.

Il vente tellement que mes idées
Se sont envolées, emportées
Vers de lointaines contrées
Loin de toi, qui gît ici
Dans ce tombeau.

Et quand j'aurai fini
De faire le tour de la terre,
Je reviendrai me déposer
A tes pieds pour 
Une mise en terre.

Raymonde Padioleau dans Poésie.
- 42 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.