Le fou voyage vers Lampedusa

 
Sûr , on leur avait  promis
De fuir tous les méfaits
D'une guerre qui a enseveli
Tous leurs espoirs de paix
 
Le sans scrupule leurs a fait payer
Dans la sueur  le mauvais prix
Pour s'enrichir  à moindre frais
De  leur faim de bonheur  garanti
 
Que leur  reste -il de repli
Quand il embarque effrayé
Pour une traversée de folie
Il prie chance de les  bien garder
 
Mais la barque de fils rapiécés
Ne pourra leurs sauver la vie
La mer a trop de force déchaînée
Pour venir câliner leur survie
 
Et sur dos de la mer calme gît
La langue de l'écume frustrée
A  devoir aux milles conquis
Faire naviguer la mort imposée
 
Plus aucun  regard vers le défi
Que  bel espoir leurs proposait
Au fond glacial de l'immense nuit
Ils ont trouvé abyme de l'éternité
 
Mon rêve,  la mer à regardé
Pour leur dire l'esprit gentil
Que mon complice esprit a avoué
Vouloir  voir périr les voleurs de  vie
 
Faut il que ceux-ci eussent salis
La mort d'innocents terrassés
Faut-il que  leurs sort ait un prix
Quand certain voudraient   les apitoyer
 
La mort est un juste pour équilibrer
Ce poids du vie à vie pour justice offrir
A ceux qui ne pourront défendre le vrai
D'une absence qui ne pourra plus  maudire
 
Alors              à vous les politiques du servir
Ne laissez plus ces tombes s'en aller
Vers les pièges  qu'il vous est de détruire
Au devoir d'établir belles terres de paix
 
Leurs larmes remontent du désespoir
Elles viennent fracasser le dur de  vos falaises
Pour vous faire entendre qu'est votredevoir
de sauver leurs sœurs et frères desmouroirs
☼ŦC

modepoete dans Poésie.
- 1367 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.