LE GIRON PLEIN

Il y a des vies aussi lourdes qu'un giron plein,

Des destinées si vives qu'une seule croix suffit soudain !

Les clouer toutes au gibet, aux cris des blessures athymiques

Au gibet des cris, les voir crier de clous autant que de triques !


Il est des destinées enchevêtrées croisées à nos bras,

Leurs bras en croix, leurs jambes arquées, les dos si las,

Courbés sans l'être tout à fait car de droiture il faut vivre,

Des destinées que la mort prend de leurs faces vives.


Couchés tout le jour, aimés des paillasses sans ressorts,

Les vertèbres bleuies par les mailles des matelas sans trésor,

Ils rêvent, laissant voler au vent, des dizaines de feuillets

Chaque jour volent du calendrier l'esprit de la liberté effeuillée.


L'aube s'est couchée avant de se lever au fond de l'horizon lambeau

Quand le crépuscule les a aimés torturés, créant leur tombeau,

Sans que pierre n'ait été roulée, ils ont abjuré leurs pères,

Et dans la voussure de leurs corps, ils ont appelé leurs mères.


J'ai, sur leurs fronts, cent blessures d'enfant meurtris

Et sur mes mains, leurs morsures d'adultes sans patrie.

J'ai dans le cœur leurs raz-de-marées qu'ils confessent

Et dans mes articulations, je porte leurs lourdes faiblesses.


Vous qui avez du pain en bouche, à leur moud, du levain,

Donnez à vos pensées le grain de votre mouture au moulin.

Pour ces ventres vides qui n'ont que l'odeur de l'amertume,

Abreuvez les de miel à l'abeille tirée aux rayons de l'écume.


Elles n'ont du soleil que le parfum des roses aux cellules grises.

Que de sournoiseries à leur manque de maîtrise dans la traîtrise !

Tirez le vin des outres à vos ceintures que le raisin saigne,

Pour que de son fruit, ils puissent espérer la vigne qui baigne.


Si vous faites cela, vous le ferez pour moi afin que mon vase,

Si plein, baigne leurs plaies, et à leurs cœurs, que vienne l'extase,

Car il n'y a de vide sans le plein, de ténèbres sans la lumière !

La nuit n'habite pas que l'âme impure, et le soleil, la lumière !


Poème écrit pour toute la misère vue...

beatricelukomskijoly dans Poésie.
- 46 lectures - mention j'aime

Ils ont aimé LE GIRON PLEIN

Twitter Facebook Google Plus email

Inscription à Librosophia

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.