Le Gros Porc et le Petit Lapin…

Tant pis si notre paradis est petit, nous y serons plus au chaud et nous sentirons battre le cœur, comme un seul, de notre grande famille !
                                                             
                                                       Le monde animal, domestique ou sauvage,
                                                       Vivaient jusqu’alors, en bonne intelligence ;
                                                       Quelquefois partageant, même leur pitance,
                                                       La sollicitude régnait, sans ambages.
                                                       L'air y était pur et l’amitié sincère ;
                                                       Cela se savait, devenu légendaire ;
                                                       Chacun allant chez l'autre, point de frontière,
                                                       Pas de regard envieux, vers nids et tanières.
                                                       En un mot comme en cent, une communauté,
                                                       Où faune et basse-cour, étaient en harmonie,
                                                       Qui ignorait, appât du gain et félonie ;
                                                       Baptisée de ce fait : « les amis du Bosquet » ....
                                                       Dans un modeste terrier, à l'orée d'un bois,
                                                       Un lapin, que chacun disait de bonne foi,
                                                       Avait en ce lieu, constitué son logis.

                                                       C'est à l'aurore, un jour comme les autres,
                                                       Que dans le cauchemar, la forêt bascula,
                                                       Leur sérénité, par la même s'envola ;
                                                       Un porc « rond et présomptueux », point leur hôte,
                                                       Voulait faire sienne, de leur bonne terre,
                                                       Agrandir son domaine et les diviser,
                                                       N’appréciant point, le pluralisme de leurs idées,  
                                                       Vaniteux, voulait être leur dignitaire.

                                                       Aux premiers rayons, notre rongeur s'éveille,
                                                      S'étire, baille encore aux corneilles,
                                                      Museau au bord du trou, comme chaque matin,
                                                      Pour goûter l'herbe fraîche, luzerne et thym,
                                                      Faire toilette, s'ébattre dans la rosée,
                                                     Souvent il reste là... Au soleil exposé.

                                                     Au lieu de cela, point d'air pur... Il suffoque,
                                                     Fétide est l'odeur, qu’inonde la forêt,
                                                     La cause étant connue : « le sinistre goret »,
                                                     De la gêne d'autrui, le prétentieux se moque...
                                                     Cet irrespectueux, fait fi de l'altruisme,
                                                     Souille le sol, pollue par ses flatulences ;
                                                     Égocentrique, proche du despotisme,
                                                     Qui dans son auge, exige l'abondance,
                                                     Étale ses richesses, avec satisfaction...
                                                  
                                                     De son fils « Porcinet », il fait l'éducation,
                                                     Clame sans modestie :
                                                     - « Tu vois !... Ça c'est mes champs »,
                                                     Lapin quitte les lieux, tristesse et nostalgie,
                                                    Traduit pour lui ces mots :
                                                     - « Tu vois ça c'est méchant »,
                                                    Ô !... Cauchemar, injustice et félonie...
                                                                       
                                                    Rencontre fortuite, à la croisée des chemins,
                                                    Les mis face à face, par le jeu du destin,
                                                    L'impertinent, de l'importance se donne :
                                                    - « Bonjour mon ami !... On joue les gentilshommes? »...

                                                   Lapin n'en croit pas ses oreilles, et répond :
                                                  - « Dans le besoin, on reconnaît ses vrais amis,
                                                  - Sans nul doute, à l'odeur on flaire l'ennemi,
                                                  - Quant à vous !... Vos airs sont grands, mais nauséabonds » ...

                                                  Le porc s'offusque et parle avec solennité :
                                                  - « J'ai le pouvoir !... Vous une maigre carcasse,

                                                  Lapin garde haut son museau:
                                                  - Gardez votre pouvoir et votre peau bien grasse !
                                                  - Je donnerai la mienne, pour ma liberté,
                                                  - Toutefois merci !... Pour ce que j'ai acquis !
                                                  - Une belle expérience, une leçon de vie ;
                                                  - Et une chose importante, vous ignorez !
                                                  - Face au Pouvoir des Puissants, même enchaînés,
                                                  - Nous aurons toujours, la liberté de penser !
                                                  -Tant que nous aurons, le Pouvoir de Respirer » ...

Noel Turo dans Poésie.
- 256 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.