Le hérisson à la mauvaise vue

En m’approchant de lui, tout  petit hérisson
J’avais cru voir couler de son œil une larme
En fait il sanglotait à donner le frisson
Et ses piquants rayaient l’écorce de mon charme

Campagnard depuis peu je traduisais  très mal
L’hérisson Berrichon triste et la vague à l’âme  
Au bout de quelque temps je compris l’animal
D’une brosse à cheveux son cœur était en flamme

Ce piquant animal ne cessant de pleurer
Je suis allé pour lui dans un endroit magique  
La malle des poupées, impossible à jeter
Celles qu’on a aimées, qui étaient magnifiques

J’ai trouvé tout au fond la poupée professeur
Et pour mon hérisson la  paire de lunette
Adaptable à ses yeux Je devins son sauveur
Il a trouvé depuis la piquante jeunette  

chavigner dans Poésie.
- 1096 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.