Le menu du pauvre

Le vieux livre trouvé, était tout près du chemin, 
Dedans, un manuscrit parlait de nourriture. 
Centré en page une, beau comme une coupure 
De journal, dans un temps, je lis jusqu'à la fin. 
Tel un journal de vie, le menu se présente: 
Le gombo, le poisson sur la flamme brûlante, 
L'huile, l'aubergine, le piment, le néré.
Ce menu me donna un goût fort insipide, 
Car, j'avais le bon goût d'autre fois comme guide.
Que vient donc faire au feu, le bon grain de néré, 
Si, c'est pour un manger, en guise de hors d'œuvre ? 
Même si le néré a la douceur d'Aurore, 
On le mange tout cru, et ne peut rassasier.
Tes autres condiments, apaisent peu le ventre,
Il y a bien de menus, que tu n'a mis au centre, 
Qui sont fortifiants et apaisent tout gosier.
J'aime les bons morceaux, j'aime la bonne chère. 
Ô, je suis un gourmand, et j'aime la cuillère ! 
Le mien menu pourtant, est humble et non vantant.
Où vis- tu ? Que fais-tu ? Es-tu seul dans ton home ?
Était-ce le menu d'un moment de méforme ? 
Ô inconnu ! Je vois ! Je comprend ! - Souvent 
La nature le fait -Rayonnant dans sa gloire,
Que rien ne peut toucher-  Elle joue son folklore !
Déroulant sous nos yeux, son monde de splendeur, 
Nous laissant pauvres morts: de faim ou de la trouille,
Et tout au fond du cœur, nous dépose sa rouille,
Et puis nous nous cachons pour mourir dans l'honneur.
L'inconnu avait faim et avait froid au ventre 
Ô pauvre hère, ta feuille m'a ému ! 


Le menu décrit date de 1998.
C'etait écrit: huile 250F, néré 200F, piment 150F, gombo 150 F, aubergine 250F, poisson 200F. 
Au marché un litre d'huile était en mars 1998 de 3000 F, le néré est le fruit de l'arbre du même nom, n'a pas un prix fixe mais commençait par 100 F, pour presque  trois petites branches. Le piment est mis en tas et vendu. En 1998, le tas se
négociait à 500F voire 1000 F, seuls les petits piments sont vendu par kilos, en 1998, le kilo était de 6000 F, c'est des petits piments séchés. Le gombo, pendant la saison des récoltes coûte moins cher, 1000 F , contre un  tas de gombo. Même chose pour l'aubergine, 1000F, pour un tas. Un petit  tas de fretins séchés , des petits poissons,
coûtait 1000F. Les autres poissons se négociaient en 1998, à partir de 5000 F.

Barrymoussa180 dans Poésie.
- 70 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.