LE MERLE ET LA FOURMI

Dans une haie de lauriers vient un jour se posé
Un merle téméraire comptant faire repère
Car ce brillant mainate vit sous une pierre plate
La fourmi engranger dans son garde manger
Convaincu sur le champs d'y nourrir ces enfants 
Il partit en campagne pour y trouver compagne
Puis il dit a sa belle en se frottant les ailes
C'est bien ici ma mie que nous bâtirons nid
Certain que nourriture pour sa progéniture
Était mieux que placé pour le manant perché
La fourmi travaillant interpela les amants
Veuillez déménager vous-vous êtes trompés
Mais le royal siffleur de sa grande hauteur
Nous maintiendrons la place quoi que cela ne vous fasse
La fourmi sur ce point elle ne répondit point
Au milieux de la nuit une armée de fourmis
A croquer les amants un peut trop arrogant
Car il est de nature et quel que soit l'envergure
Si l'on vente sa force l'union fait bien la force
Sachez bien mes amis que l'on soit grand ou petit
il faut se préservé de trop vouloir chanter

jacques83navigateur dans Poésie.
- 105 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.