Le mois des roses

Pour tous les aveugles, qui vivent dans le noir. 

Un matin ensoleillé de mai, dans une allé du marché aux fleurs de la cité,

Un mendiant assis sur un cageot agite tristement sa sébile vide devant les badauds distraits.

Près de lui, par terre, une pancarte précise " aveugle de naissance ".

Emu par l'infirme, je m'arrête, dépose une obole et saisit discrètement l'écriteau en carton.

Je le retourne et en lettres capitales, trace quelques mots au stylo-feutre avant de m'éloigner.

Dès cet instant, l'aveugle, stupéfait, ravi, entend une succession de pièces tinter dans sa sébile.

A la fin du marché, une fleuriste lui expliqua la raison de cette générosité inespérée.

J'avais juste écrit sur la pancarte : " C'est le mois des roses, et je ne les vois pas ! "


ps/ cette simple phrase, en rappelant aux promeneurs leur bonheur de voir, en les rendant
conscients dans un environnement floral du plaisir de l'oeil que n'a pas ou plus un homme
privé de la vue, cette simple phrase ne pouvait que les émouvoir et aussitôt provoquer chez eux compassion et élan charitable.

L e bonheur n'est-il pas, comme le disait st Augustin de désirer ce que que l'on a déjà.

Marc de St Point dans Poésie.
- 389 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.