le mont blanc

Le mont blanc
Et, sa splendeur! Et son éclat neigeux blanc,
ses jour gaies!...
ses nuits étoilés ...
Souvent par les nuages,
Ne guère sourit au en son beau visage!
Jute en dessus sa tête,
La beauté du ciel bleue en fête !
Se cache derrière le mont Sinaï,
À la terre sèche et aride, doù que l'on fuit !
Connaissant son histoire,
Datant des tours mondiaux marines, et la terre noire!
Savant en diaspora,
L'usure s'affichant sur son muret, terre rêche celle de mont Sinaï !
Qui la veut, il l'aura!
Le destin aurait fait,
que l'on soit à ce muret à chaque instant confronté!

Mais le désir ardent,
Étourdissant, troublant,
Reste la fascination, fortuite envers cet amour inconditionnel,
Qui est le mont blanc,
Il est aimé de manière intentionnelle !
Voir son espace panoramique réel j'en rêve!
Je l'aime sans aucune trêve!
Aimant le mont blanc, et sa beauté inégale!
Tout mon corps en tremble fatal!

Pardon!... Contre?... Rien de personnelle!
Respecter le Mont Sinaï,
Étant neutre et amie,
Reste légale!
Emmenez-moi embraser de vive voix type ardent,
Mon amant le mont blanc!
Ta lumière éclaire ma vue, et le tout dedans !
Yama.
30/10/12 texte protégé.

yedri2012 dans Poésie.
- 775 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.