Le naufrage de l'Âme,

Le naufrage de l’Âme,


Il y a des détours cruels et sombres
Aux éclats amers et sans trêve,
Transmettant le mystère aux ombres
Et qui parviennent à tous nos rêves.

Les songes aux tristes encombres
Apportent des reflets austères
Dans la moiteur de nos décombres,
Nous enfonçant dans la misère.

Les sourires de nos silences
Cachent toutes nos ecchymoses
A l’affût de nos indolences
Afin de quitter nos névroses.

Les rites ingrats de notre vie
Parcourent à l’infini sans cesse
Avançant à tâtons toutes les nuits,
Nos rêves amers de détresse.

Il pleure les larmes de son corps
Souhaitant que ce ne soit pas fini,
Tout en récupérant au dehors
Les rives aux couleurs de la vie…


Basile Béranger Chaleil

le 08 Août 2017

Basile dans Poésie.
- 95 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.