Le passé sucré

Ce soir je me souviens, savourant un bonbon,
De ce temps fantastique où plein de gourmandise
Je me sucrais les dents de toutes friandises,
Encor soûl d’un délice exquis et vagabond.

Je me revois assis sur le banc de l’église
Les deux yeux brasillant ainsi que du charbon
Manger un caramel élastique et si bon,
Souriant et très fier de ma simple bêtise.

Saveur sucrée reprise au bout des lèvres roses,
Ô doux parfum montant en nous de vives choses,
Désir de sucrerie sans cesse triomphant.

Ces sucettes de nos sublimes songeries,
Font plus riche et naïf le rire de l’enfant.
Ce soir c’est sûr, mon cœur rêve confiseries.

Guillaume Rindelaire dans Poésie.
- 287 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.