LE PASSIF

             LE PASSIF

        Sous le soleil couchant

        coiffé de nuages blancs

        assis j'attends la lune

        le regard figé

        sur l'horizon grisé

        sans avis taciturne

        le temps s'est écoulé

        les aiguilles ont tourné

        et j'ai perdu ma plume

        ne pouvant rien noter

        j'en suis bien chagriné

        et maudis l'infortune.



        J'ai beaucoup voyagé

        la tête sur oreiller  

       des rêves d'infortune

       d'océans déchainés

       de déserts brulés

       de vivre sur la lune

       mais toujours empêtré

       de fausses réalités

       Je suis sur le bitume

       collé à ce pavé

       à d'autres réalités

       mais jamais à la une.



      Du ciel à l'oreiller

      toujours mal inspiré

      J'ai le papier en berne

      et là j'ai beau chercher

      les étoiles sont couchées

      et suis toujours en peine

      le doute s'est installé

      un peu courbaturé

      je recherche la scène

      me viens alors l'idée

     de tout réaliser

     me jeter dans l'arène.


     vivre intensément

     et l'écrire immédiatement

Aveudoux dans Poésie.
- 68 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.