le père et lenfant, fenêtre sur le ciel

LE CHŒUR -- J'étais enfant et je jouais près de la case de ma grand-mère.
Ma mère était dans la cuisine et ma grand-mère me chantait des chansons.
Mon père naviguait dans le ciel bleu sur son bateau de verre.

LE PÈRE -- Tiens une fleur papillon pour ta maman chérie.

L'ENFANT -- Regarde Mamou, Papou m'a donné cette fleur pour ma maman.

LA GRAND-MÈRE -- Viens mon petit Filou dans mes bras, la nuit est tombée dans les yeux de ton père.
Tu as un peu froid?

(Une perle se glissa sur la joue de Paul. Sa grand-mère l'essuya de sa main douce comme une plume.)

Demain le soleil sera revenu sur les yeux de billes de Papou.

(La nuit est merveille. La pénombre n'est point pénombre au pays céleste.)

LE PÈRE -- Rejoins moi sur le dos de l'arc-en-ciel. La fleur papillon murmurera aux oreilles de ta maman la mélodie du bonheur.

L'ENFANT -- Écoute Mamou, la Fleur musicale de Papou.

LA GRAND-MÈRE -- Viens mon petit Filou sur mes genoux. La bise a emporté le souffle de ton père au pays du roi des vents. Tu as un peu chaud.

(Une fontaine de lave serpenta sur le front de Paul. Sa grand-mère frotta une serviette délicatement. Paul aperçut le tapis d'Aladin au dessus de sa tête.)

Demain Alyzée dans ses narines pénétrera. Le ronronnement de la terre sera l'écho de son inspiration. Le temps ne suspend pas son vol dans les cieux.

LE PÈRE -- Monte à cette échelle et apporte le nectar de l'abeille à ta maman.

L'ENFANT -- Goûte Mamou, le miel de la fleur. Cest un cadeau de Papou pour maman.

LA GRAND MÈRE -- Viens mon petit Filou. Mets ta tête sur mon épaule.

(L'orage a pris dans son ancrage la douceur du père. Les vagues de la mer se plaignent encore des flots d'épines du fils. Les vagues à l'âme se perdent dans le ventre des baleines.)

LA MÈRE -- Maman, regarde ses lèvres sont sèches. Jai peur.

LE PÈRE -- Demande à maman de venir jouer sur l'arc-en-ciel avec nous. Je te laisse mon bateau de verre en partage.

(Paul ouvrit sa bouche en feu. Son œil scrutait l'horizon. Sa main toucha le cœur de sa mère.)

L'ENFANT -- Maman suivons la route couleur du temps avec Papou.
Ne perds pas au jeu. Vite, vite, prends la fleur papillon. Ecoute sa chanson.

Vole, vole mon petit cœur.
Prends maman, doucement.
Vole, vole pour ton bonheur.
Donne ta main au temps présent.

Rendons nous sur larc-en-ciel.Maman Papou nous attend.

LA MÈRE -- Maman, vite de l'eau à boire pour Paul.

(Levant les mains vers le ciel. Son regard scrute le firmament.)

Mon tendre caillou, abreuve toi à ton rocher.
Les perles de l'arc-en-ciel restent au ciel.
Que ta soif d'amour s'étanche à la rosée de la caresse du ciel.

La tendresse d'une maman brise un cœur de pierre.
Orage d'espoir éclaire l'Heure de la Majuscule au crépuscule.
Éclair sans frontière traduit mon message à l'arc-en-ciel.

LE PÈRE -- Paul, Paul, Paul reste près de ta mère.
Le clair de lune te rapportera les couleurs de l'arc-en ciel.

L'ENFANT -- Mamou. Quest-ce qu'elle est belle cette fleur papillon aux mille couleurs !

(Écoute l'arcade de ses sons. Cette saveur, un bonheur pour mes lèvres.)

Maman, maman j'ai rêvé d'un beau bateau de verre. Il volait dans le ciel.

LA MAMAN -- Reviens sur terre mon enfant, les bateaux ne volent pas.

L'ENFANT -- Pour qui ces jolies fleurs?
(Paul scruta l'intérieur du salon)

LA MÈRE -- Rappelle toi aujourd'hui c'est la fête des pères.

L'ENFANT -- Oh, les jolies fleurs. Pour couronner la tête de mon petit papa dans le ciel.

LE CHŒUR -- J'étais enfant et je jouais près de la case de ma grand-mère.
Ma mère était dans la cuisine et ma grand-mère me chantait des chansons.
Mon père naviguait dans le ciel bleu sur son bateau de verre.
Il écoutait attentivement ma chanson.


L'ENFANT --

Petit Papa

C'est aujourd'hui ta fête.
Maman m'a dit que tu n'étais pas là.
Voici des fleurs pour couronner ta tête.
Et un bouquet pour mettre sur ton cœur.

Petit papa, petit papa...

(L'enfant chante dans le salon.)


L'ENFANT -- Dis maman pourquoi je n'entends plus Papou me parler.

LA MÈRE-- Maintenant il ne parle plus à tes oreilles mais à ton cœur.
Pour voir son bateau de verre, ouvre ton cœur.
Quand ton heure viendra c'est ton cœur qui sera ton messager.

LE CHŒUR -- Depuis ce jour les petits enfants savent que le seul messager entre ciel et terre c'est leur cœur.

LE JOURNALISTE -- Bonjour, petits et grands en ce beau jour de la fête des pères laissez parler le téléphone de votre cœur.
(Une voix s'échappait du poste de télé Réseau terre et ciel.)

Florabateaumots

Florabateaumots-aventure dans Poésie.
- 156 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.