Le poète maudit

J'ai longé la berge 
D'un flux inharmonieux 
Miroitant les haut cieux
Je divague, Je gamberge
Sur ce lieu maussade 
Théâtre des noyades 

O mon reflet ! O mon espoir !
Un état d'âme et un miroir

Les malicieuses vagues
Chahutaient les barques,
Les nerfs d'un navarque
Étreignant les bragues,
Les rêves paradisiaques
De trésors dionysiaques 

O mon reflet ! O mon espoir !
Un état d'âme et un miroir 

Le vent mauvais emportait 
La parole des arbres muets
Les pontons désuets 
Lamentablement rouillaient
La faune s'assoupissait 
La flore, elle, trépanait

O mon reflet ! O mon espoir !
Un état d'âme et un miroir 

Soudain de l'eau jaillit
En signe de louange
La promesse des anges
Dans leurs divines saillies
D'une manière abstruse 
L'émanation de ma muse

O ma muse ! O mon exaltation !
Une élévation et une addiction

Je repris donc ma plume
L'harmonie de mes gestes
Rendait le papier leste
Ma main comme une enclume 
Forgeait de mes neuvains
Mon talent d'écrivain 

O ma muse ! O mon exaltation !
Une élévation et une addiction 

Brusquement vint une rafale
Emportant ma voix et mon mal
Ma prose gisante dans un cercueil 
Mon encre dans le deuil
Mon ombre s'est envolé 
Dérobant mon reflet 

Les flots se déchaînent 
Le ciel s'obscurcit 
On me saisit 
Et on m'enchaîne
Condamné à être maudit 
Jusqu'à la fin de ma vie

J'ai perdu ma muse
J'ai perdu mon reflet 
Je demeure un niais
De celle qu'on abuse
On en perd le privilège 
O l'impardonnable sacrilège !

O ma muse ! O mon reflet !
Votre perte me chagrine !

Giraque dans Poésie.
- 1747 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.