Le poète et sa Muse. (Fable,humour.)

Un soir de réveillon
De la Saint-Sylvestre
Ou de Noël peut-être.
Un poète de Cavaillon

Abusa fort du chocolat
Pour stimuler ses neurones,
Qu'il lâcha le mot de Cambronne
Dans les commodités du prélat.

Il pressa tant sa Muse.
pour de l'inspiration
Afin d'attirer l'attention
Avec des strophes diffuses,

Que pas un vers ne venait.
Pas une ligne de fuite, pas un jet,
Pas un pet de sonnet en projet.
Enfin rien à vue de nez.

Il cherchait au fond de lui,
A évacuer ses obstructions
Qui empêchaient ses émanations.
Mais nulle rime n'avait fuit.

Aux forcenés de la littérature,
Laissez donc les choses se faire
Ou vous risquez fort de déplaire
En forçant votre nature.



20 Jan 2013 (Modifié 2018)

Omar de Lyon dans Poésie.
- 40 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.