Le Portrait qui libéra l'hom...

Poème par l'absurde.





Texte court 49s de type prose, écrit et lu par Alain Cabello Mosnier le dimanche 30 avril 2017 à Paris.

Il s'agit d'un poème par l'absurde en hommage à Ocar Wilde. C'est un clin d'oeil homo-fréquencé d'un poète queer auvergnat à un poète irlandais. Durée 49s.

Texte intégral :

Le Portrait qui libéra l'homme à partir duquel il fut peint

Un homme qui rentrait chez lui en tout point pareil au tableau qu'il portait se prit d’amitié pour ce double sur lequel il fut peint et se complut à se regarder porter le portrait de son portrait se regardant porter en porteur attentionné de lui-même la toile commandée jusqu'au mur où il devait l'accrocher.
Ému de sa condition le tableau lui rendit sa liberté.
Sans être plus étonné que cela, l'homme se signa, alla de ce pas s'accrocher au clou qui devait le célébrer et permettre à son tableau de s'y mirer.

Issue du monde parallèle de Dorian Gray notre histoire fut bien entendu dument vérifiée.

Alain Cabello Mosnier
Dimanche 30 avril 2017

Poésie queer dans Poésie.
- 45 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.