le printemps...

l'hiver étale son gris inutilement
sachant que son départ est imminent
il ramasse déjà son apparat
de neige de froid et de vents
ni son crachin ni ses brumes rebelles
ne peuvent repousser l'aura
du printemps qui s’ébroue en filigrane...
Sur les pentes du souvenir palpitent ,
à l'unisson,primevère oxalis et asphodèle
ondule l'opulence sur les parois de l'âme
un air d'amour gai doux et avenant..HZ

zoraicha dans Poésie.
- 1632 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.