Le Réveil…

La sagesse vaut-elle le sacrifice de la jeunesse ?...Soyons rassurés ! ...Inutile de se poser la question ! ...
Nous avons de la chance, car la vie qui se charge de tout, décide pour nous !...
Sinon, comment serait la vie ?...
              
                                                        - Le Réveil…
                                             
                                              Tout allait pourtant bien jusqu’alors,
                                              Harmonie partout dans le corps ;
                                              L’esprit était libre et chaleureux,
                                              Habité d’un amour bienheureux…

                                              Sans le savoir la vie était belle,
                                              Insouciant, vivant sous son aile ;
                                              Il croquait sa jeunesse avec rage,
                                              Sans se soucier de son âge…

                                              Puis, lentement le ciel s’assombrit,
                                              Peu à peu, son bonheur devint gris ;
                                              Le cœur avait du vague à l’âme,
                                              Lui, qui entretenait sa flamme !...

                                              Le cerveau sans cesse en réflexion,
                                              Fut victime de saturation ;
                                              Suivi d’un corps las et fatigué,
                                              D’insouciant, il devint déprimé…

                                              Il ouvre les yeux…Lucidité !...
                                              Enfin conscient de la réalité ;
                                              Avec peine revoit le passé,
                                              Son présent qu’il n’a pas regardé…

                                              Ote son masque face au miroir,
                                              Un homme, qu’il n’a su qu’entrevoir,
                                              Est là…Avec un regard d’enfant,
                                              Naïf, il semble découvrir le temps…

                                              Les hauts sommets de la jeunesse,
                                              Avant d’atteindre la sagesse,
                                              Sont-ils les abîmes de l’inconscience ?
                                              Traînant les souvenirs d’enfance…
                                               
                                              A l’aube d’une vie sans saveur,
                                              Connaissant désormais la douleur,
                                              Il prend conscience du bonheur d’antan…
                                              Pense enfin à compter le temps…

                                              L’homme se consume depuis lors,
                                              Harmonie malaisée dans le corps,
                                              L’esprit dépendant, mais valeureux,
                                              Habité d’un amour capricieux…

                                              Si l’on doit être en souffrance,
                                              Pour acquérir la clairvoyance,
                                              La juvénile ingratitude,
                                              N’est point alors une infortune !...

Noel Turo dans Poésie.
- 784 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.