Le saisonnier-

                                                                               
Chaque année il revient ! ...Rouge gorge opportun, profitant de mes miettes de pains et de mon vague à l’âme…
Suivi peu après, du froid de l’hiver
Qui est-il ? ...Un messager ? ...Suis-je sourd ?... Que veut-il me dire ?...
Peut-être simplement « bonjour ! ... » Ou peut-être « rien du tout ! ... »
Dans ma tête je lui parle, l’interroge…Il est un peu l’ami saisonnier, ivre de liberté, qui rend visite à l’homme prisonnier, dans sa propre enclave…
Dans son uniforme, est-il le même que l’année précédente ?
Il repart sans dire merci…Ou peut-être, ne sais-je pas entendre !...
Un jour tu me prêteras tes ailes !...

                                                    Précédant l’aurore hivernale,
                                                    Rouge gorge !... Ami ingrat…
                                                    Dans ta superbe estivale,
                                                    Tu annonces les premiers frimas…

                                                    Tu te poses, comme un flocon,
                                                    L’œil vif, tu quémandes à ma porte,
                                                    Arborant encore ton blason…
                                                    Je succombe et te réconforte.

                                                    Saisonnier, fidèle à ton habit,
                                                    Est-ce toi ? Ton fis ? Ou l’un des tiens ?...
                                                    Démon maudit ? ...Ou Ange bénit ?...
                                                    Dans la faim, méfie-toi des miens !...

                                                    Joyeux, tu picores et sautilles,
                                                    Indifférent, face à mon émoi…
                                                    Tu t’envoles ! ...Vers ta famille…
                                                    Je reste avec mon désarroi…
         
                                                    Seul au vent d’hiver...Ô Liberté !...
                                                    Lequel jouit de tes faveurs ?...
                                                    L’homme repu, mais enclavé ?
                                                    L’oiseau, peu soucieux de son bonheur ?

                                                    Après un long hiver prisonnier,
                                                    Libre, mon âme s’envolera…
                                                    Tel le rouge gorge saisonnier,
                                                    Mais mon cœur, ici-bas restera…

                                                    Comme toi, enfin en liberté,
                                                    Désormais, pour l’éternité…                                          


Noel Turo dans Poésie.
- 621 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.