Le sang du monde

Thierry CABOT dans Poésie.
- 1273 lectures - mention j'aime

Ils ont aimé Le sang du monde

Twitter Facebook Google Plus email

Inscription à Librosophia

##user_image##
##user_name## ##content_content##
##content_date##
lettre C'est pas mal du tout ça, juste un petit dommage sur le fait qu'on ne puisse lire ce beau poème. Mais ceci est juste une exigence personnelle d'aimer lire les mots.
Poétiquement
Thierry CABOT Voici le texte :

Le sang du monde

Après que nous aurons, la chair vieillie et lasse,
Humé traîtreusement les venins de la mort
Et qu'auront triomphé, jeunes à notre place,
Des inconnus dont tout verra fleurir le sort ;

Après que suffocants sur la terre mauvaise,
Nous aurons contemplé chaque saison qui fuit
Et que nos yeux brisés d'un ultime malaise,
Auront, avec douleur, bu le fond de la nuit ;

Des millions de jours et puis des jours encore,
Immenses, couleront, sous d'immuables cieux,
Couleront pour l'enfant grisé devant l'aurore
Et des hommes déjà taciturnes et vieux.

Ils couleront sans fin dans la pluie et la neige,
Dans la beauté suave et l'or blanc du soleil,
Des brises du Japon aux vents bleus de Norvège
Et dans l'aveugle amour d'un éternel éveil.

Oui, rien ne changera de mon aube à la tienne,
De mes traits ingénus à ton charme applaudi ;
Cent rêveurs, après nous, récitant leur antienne,
Rediront maintes fois ce que d'autres ont dit.

Et de nouveaux bébés vagiront dans leurs langes,
Des râles empliront la bouche des mourants ;
Des vieillards qui, plus tôt, furent de petits anges,
Ne verront autour d'eux que des spectres errants.

Et le beau grain des peaux juvéniles et souples
Gazouillera sans cesse en mille éclats bénis ;
Les baisers renaîtront pour d'éphémères couples,
Soulevés un moment par des voeux infinis.

Puis... au bout de ce flot incessant qui repasse,
Le sang frais de la terre expirera, vaincu,
Avant qu'un soleil mort illuminant l'espace,
Eteigne jusqu'à l'ombre où nous avions vécu.






lettre Merci
lettre Je me disais bien que ça résonnait comme un alexandrin
Perceval Heureusement nous pourrons compter sur l'APOCALYPSE dernier livre du Nouveau Testament attribué à Jean, qui raconte le retour du Christ à la fin des temps !
C'est un très joli poème !
Thierry CABOT Un très grand merci à tous !
Amicalement.

Thierry

A Léane

Poésie  2031    8  

Pour m'être tant blessé...

Poésie  84    16  

L'amour de la langue ...

Débats  2169    16  

Théophile Gautier

Poésie  1237  

"Toi et moi" de Paul Géraldy

Poésie  1373  

La chambre vide

Poésie  1211    4  

"Mon secret" de Félix Arvers

Poésie  1669    2  

Les fées

Poésie  265    13  

Une seule voix ?

Poésie  1549    11  

Marie Noël

Poésie  1401    5  

Le monde du travail (3)

Inclassable  2174  

L'étranger de Albert ...

Poésie  1259    2  

Forever

Poésie  302    5  

Mon épouse je vous soutiens

Poésie  929  

Rémanence...

Poésie  1084    15  

La vie ne tient que sur ...

Poésie  967  

le hamac

Poésie  37    3  

là où la passion est reine!

Poésie  1279  

2 blondes

Poésie  892  

Ma dépression

Poésie  2136    5  

Asile des pensées d'un ...

Poésie  422    3  

Je vous salue marie...pour...

Poésie  1126  

Réflexions sur ...

Inclassable  1939  

Une nuit par jour je ...

Poésie  907    3  

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.