Le Sourire de l’Aube…

 
Dans la continuité de la poésie : « L’Aube ».
Ne pourrait-on pas comparer le lever du jour, à un sourire céleste.
Prendre le temps de contempler, les couleurs pastel de l’aquarelle, bleu, jaune, orange avec un soupçon de rouge sang, comme si les ténèbres ressentaient une blessure au lever du jour…
Les différentes nuances, se mélangent savamment et semblent vouloir demeurer la teinte dominante, d’une cérémonie officielle des couleurs de la nature, de la vie, « de notre vie » …
  
                                                         
                                           L’aube, arbore un sourire à l’horizon,
                                           Une brise s’enivre, dans la fleuraison,
                                           Comme une musique, joue dans le feuillage,
                                           L’aube sourit, envahit le paysage…

                                           Les prémices allegro d’une naissance,
                                           Temps irréversible, en toute-puissance,
                                           Brume cristalline, poussière d’étoiles,
                                           Ballet harmonieux, l’aurore se dévoile…

                                           Sourire à la vie…
                                           Aux premières lueurs, dans la nuit qui s’efface,
                                           Réaliser, penser en son âme et conscience :

                                           - « Voici un jour nouveau,
                                           Qui m’octroie, de contempler la vie,
                                           Et d’en respirer chaque seconde » …

                                           - « Ne privez point mes yeux, de ce jour le plus beau,
                                          Qui est celui de vivre le présent » …

                                           - « Laissez-moi en écouter la mélodie,
                                           Le torrent de la vie, jouer sa partition,
                                           Et d’en savourer sa pureté » …

                                           Le point du jour, voit enfin s’éveiller l’espoir,
                                           A qui, en toute humilité, sait recevoir,
                                           Au loin, là-bas, vers l’inconnu, le ciel rougeoie,
                                           L’aurore s’enflamme, le soleil se déploie,

                                           Dans l’éternité, l’histoire recommence,
                                           Une ode à la vie, comme une romance,
                                           Une faveur, pour prolonger notre sursis,
                                           Brisons l’indifférence, en disant : « Merci » …

                                           Et dans le silence, toujours cette musique…
                                           Note après note, chaque seconde s’égrène lentement…


                                          

Noel Turo dans Poésie.
- 879 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.