Le sourire du ciel dans le petit matin

La lune s'en allant a laissé comme un vide
Le vin s'étire bas sur le flanc d'horizon
Quand le silence tremble aux feuillus en abside,
Des refrains ont bondi par-dessus la maison.

Des fantômes d'étoiles s'obstinent sur la bâche,
S'accrochant puis cédant pour renaître plus loin
Sans laisser un adieu, même pas une tache
Qui resterait là-haut pour nous être témoin.

Les vieux murs s'éveillant ont d'étranges dentelles,
Le schiste et le granit sertissent des diamants,
L'épeire sans répit, sur le bord des margelles,
A tramé ,fil à fil, des voilages charmants.

Sur les seuils endormis, les rêves échoués
Se secouent, éperdus, hébétés de lumière,
Reste le souvenir de désirs colorés
Et des reflets d'amour sous la rose trémière.

lalavandiere dans Poésie.
- 1036 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.