Le templier

En l'an de grâce 1291, sur la caravelle le ramenant au château de Limassol sur l'île de Chypre, il regardait la voile latine à la rouge croix pattée.

Il pensait à ses nombreux frères tombés au combat contre les Sarrasins, la perte de Jérusalem, puis de la dernière place forte, Saint Jean d'Acre, son initiation, la paire de claques pour ne jamais oublier son serment, après la longue veillée dans la chapelle de la tour du temple à Paris.

Il admirait la mer azur, se mélangeant au bleu du ciel, et ses yeux se remplirent de larmes amères, pourquoi tant de morts de haine, nos deux cultures auraient pu tant s'apporter mutuellement, mais le dogmatisme et l'obscurantisme implacable des religions, avaient fini par  pervertir leurs consciences.

Le lieu saint est maintenant aux mains des infidèles. Ses mains caressaient la lourde épée, sa plus fidèle amie.

La ville de st Jean d'Acre, et sa chapelle de l'ordre du temple, s'éloignaient  à jamais.

IIl pensa alors " le plus beau des Temples ou la plus belle des Mosquées, ne sont-ils pas pour finir, le coeur des hommes sages,  tolérants et aimants.


Marc de st Point.

Marc de St Point dans Poésie.
- 219 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.