Le temps aimerait voir soleil

Les yeux mouillés de la nuit coulent
Inondent le moral de ma pensée
Pourrai-je toujours récolter  sage
Ces perles de rosée  éplorées
A ne pouvoir rafraîchir mon âme
 
La douceur d'un vent léger
Caresse au mieux l'anxiété
De mon moral si tant désolé
Quand tout dénature l'humanité
Le progrès de l'humain robotisé
Dans un monde sur -industrialisé
Aux cadences  par  trop démentes
Qui usent nos  cancéreuses santés
 
Humains voleurs de nos  terres
Qu'ils ne laissent plus vivre saines
Qu'ils défigurent sans vergogne
Qu'ils détruisent à leurs seuls  profits
Sans ne prendre que le nécessaire
La cage aux poissons dévalisée
Par leurs pêches gourmandes
Qui utilisent sel du gaspillage
 
Le vent ne peut plus sourire
Aux désirs du jour amical
Quand sa colère est terrible
Et que chaud du co2 lui botte
Les fesses et qu'il souffle typhons
cyclones, tempêtes , hurricanes
A son passage par trop démoniaque
Rien ne lui résiste et il se vient ruiner
Tous les espoirs de ces humains
Victimes des prêcheurs de cadences
Qui se cachent eux , dans leurforteresses
 
Le temps sait de nature il ne peutrevenir
En arrière mais toujours   aller de l'avant
Sage temps  il voudrait se cacher , s'arrêter
Pour ne plus voir s'engendre malheur
On ne lui laisse aucun espace
Pour pouvoir s'apitoyer sur le sort
De tous ces malheureux  qui usent
Leur santé, leur moral, dans ces usines
Qui fabriquent outils de la mort
Ils ne peuvent dire leur non moral
Alors on agite devant eux le fouet
De l'humiliation, de la destitution
De ce peu , de ce si peu heureux
Du bien être qui d'un cotés
Comme de l'autre les envoie en enfer
Alors sans illusions ils font, refont
 
Là bas le ciel pleure toutes ces bombes
Les uns attaques  dites-moi quoi?
Les autres défendent dites-moi qui?
Car de chaque bord seul l'intérêt
De ces plus riches , de ces plus nantis
Cherchent le profit, le pouvoir
Pour offrir à leur égo le plus du plus
Toujours et encore insatisfait
IIs aiment offrir des martyrs
A qui ils font promesses irréalistes
Qu'ils décorent  de faux honneurs
Pour endormir un peuple hypnotisé
Par leurs affabulations déraisonnées
 
Le temps aimerait voir soleil au fond
Du cœur de tous ces gens innocents,
malheureux, perdus, déboussolés
Par une vie  qui n'a de vérité
Que cet  endoctrinement insensé
Que cet acharnement misérable
Dont esclavage savant  est tutelle
Quand leur démocratie se  cache
Sous leur pouvoir à la rigueur de fer
Pour abêtir chacun de leur insolence
 
Ô temps dis-moi que sera mon demain
Le jour se lèvera t'il à l'heure?
Celle où le bonheur  cueillera
Toutes les belles envies  de chacun
Pour vivre dans un univers en paix
Qui ne vivra que pour le bien vivre
De cette humanité qui ne veut
Disparaitre mais veut rester maitre
D'un destin qu'elle ne maitrise plus
Le progrès est-il une panacée
Dont il faut malgré tout se méfier
Quand il n'est que source d'avarice
Pour dix pour cent de l'humanité
☼ŦC

modepoete dans Poésie.
- 582 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.