Le tortionnaire

Seul, dans une chambre sale
Debout, face à un miroir
Soumis, au visage du mal
Morne, en voyant mon destin noir.

Je prends une feuille pure,
Pour y étaler mes vomissures,
Et faire pourrir vos cœurs.

Mon encrier est remplit de larmes,
Précieuses, meurtrières telles des armes.
Elles noient tes espoirs pathétiques
Et lavent vos rêvent anecdotiques.

Votre souffrance est mon ambroisie,
Fruit de vos pauvres corps alanguis,
Je la savoure et, je souris. 

Lucas dans Poésie.
- 31 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.