Le ventre de ma terre est vide

Je m’endors, non pas encore
Le ventre de ma terre est vide
Il se pleure, il se craque avide
De retrouver sa santé d’abord
 
Regarde- le vomir sa maladie
Celle de l’humain ; o perfide
Ne la gave  plus de ton insipide
Coulée nauséabonde de gâchis
 
Je ne puis dormir car tu trembles
Ta peau crasseuse se cloque infectée
Par leur nourriture de pesticides viciés
Qui engorgent tes veines  purulentes
 
Mon regard voudrait te sortir de ce sort
Trop mauvais est t’il encor pour te ranimer
A ton chevet pourrai-je longtemps rester
Avant qu’un cataclysme vienne si je dors
 
Le ventre  ce n’est rienesquisses-tu, de me dire
Plus haut mes poumons s’affolent,  ils toussent
Dévorés par tous ces gaz qui m’étouffent
Vue satellite,  ma radio a de  quoi te maudire
 
Les yeux de mon ciel vont s’assombrir
Mais avant de mourir, je vous laisserai agoniser
Par ces rayons mortels que retenir vous ne savez
Votre nature est  trop avare defric pour me guérir
 
Ne pourrai-je donc même pas une seconde dormir !
Ma vie n’a plus de sens si je ne vis que d’anxiété
Plus malade que toi,  o mon ventrenourricier !
Serai-je obliger d’être condamner à souffrir
 
O mon ami je te laisserai redormir le jour d’avenir
Quand je serai rétablie  et quetes pairs sérieux enfin
Auront compris leur grandes erreurs et que je ne suis devin
Aussi  leur vie ne  dépend t’elle que de mon bon devenir.
☼ŦC

modepoete dans Poésie.
- 996 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.