Le verger

Le verger,


L’adolescent aux mille facettes
S’en va une nouvelle fois de plus
Cueillir les cerises dans le verger.

Le cerisier centenaire guette
Ce curieux personnage qu’il a vu
Escaladant ses bras pour grignoter.

De jour en jour, ce petit chenapan
Cordialement lui rend visite
Aux beaux jours en lui montant sur le dos.

De cerises en cerises, ce manant
A la gourmandise folle et triste, 
S’en va l’escalader vers les oiseaux.

Cinq jours après, il s’en va grignoter
Le poirier jeune aux mille fruits mûris
Qui l’attendait les grands bras ouverts.

Infatigable, il va sans arrêt
De bras en bras de l’arbre aux mille fruits
Cueillir et tirer ces feuillages verts.

Jours et semaines, imperturbable
Il visite le verger parfumé, 
Heureux de s’offrir à ce jeune fou.

Les fruitiers, offerts et visitables, 
Sans souci se laissent dépouiller
Et dévorer leurs fruits aux mille goûts.

Face à cet irrésistible gourmet
Cerisiers, pommiers et poiriers, 
Sont irrémédiablement confiants.

Les années passent et à chaque été
Les arbres se parent tout en gaieté
Pour retenir ce merveilleux enfant.

Chacun à le retenir, a cherché,
Pensant enfin être celui choisi
Par cet infatigable grimpeur.

Aucun d’entre eux ne put imaginer
Avec qui il partagerait sa vie
Et lequel serait l’élu de son cœur.

Mais à trop vouloir à tous prix goutter
Les multiples fruits goutteux et offerts
L’homme enfin, se retrouve isolé.

Les pensionnaires un à un, esseulés, 
Finirent par ne plus faire de fleurs
Où les bourgeons piétinés ont gelés.


Basile Béranger Chaleil


Le 16 août 2013

Basile dans Poésie.
- 342 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.