Le Vieil Homme et la Rose…

Ce texte est une réponse à Le Vieil Homme et la Rose… de Noel Turo.
                                 Autant que sa vie, un vieil homme aimait ses fleurs,
                                 Féérie rayonnante, d’égales splendeurs ;
                                 Princier, un rosier formait une tonnelle,
                                 Des roses blanches, comme neige éternelle…

                                 Cueillir leur fraîcheur, serait pour lui assassin,
                                 Contempler les étoiles, était son dessein ;
                                 Laissez donc vivre, finesse et majesté,
                                 Afin que s’épande, leur royale beauté…
                                 
                                 Ne privez point ces fleurs, de leurs précieux joyaux,
                                 Leurs perles de rosée, des matins impériaux ;
                                 Ne privez point, mon existence éphémère,
                                 De m’enivrer, quand leurs parfums se libèrent…

                                 Plus belle que belle, naquit une rose,
                                 Douce, immaculée, à l’aurore éclose,
                                 L’homme en extase, tomba sous le charme,
                                 Joliesse fascinante, son cœur s’enflamme…

                                 Printemps délicieux, puis l’été fut un rêve,
                                 Le temps altère, la beauté qui s’achève,
                                 L’automne fut gris et l’hiver un calvaire,
                                 Le prince est en deuil, au sol, des primevères…

                                 La rose n’est plus…Elle pleure ses pétales,
                                 Comme un lit de satin, sur le sol s’étalent ;
                                 Il reste un squelette, aux épines rigides,
                                 Ses feuilles brunes, agonisent chétives…

                                 L’homme se fane, triste, s’éteint doucement,
                                 S’endort, il rêve de toucher le firmament,
                                 Une brise légère, emporte son âme,
                                 Les perles de rosée, semblent être des larmes...

                                 Parmi les feuilles mortes, l’homme est couché,
                                 Il serre sur son cœur, une rose séchée,
                                 Le vent se souvient, du parfum à l’aurore,
                                 D’une rose blanche…Si belle encore…

                                 Ô ! ...Beauté, Passion, folles Amours Intemporelles,
                                 Il faut mourir, pour vous rendre éternelles…

Noel Turo dans Poésie.
- 291 lectures - mention j'aime


Ce texte à inspiré les textes suivants

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.