Le vieux cheval...

Un vieux cheval solitaire et amaigri 
Comptait ses jours, dans une prairie 
Lui, la plus belle conquête de l'homme 
Se contentait, d'un brun d'avoine et de deux pommes 
Plus personne venait le voir
Je l'ai vu, pleurer certains soirs 
Sa crinière au vent
Caressait, les souvenirs d'antan 
Il avait sous ses sabots
Conquis des empires
Si beaux
Il était, de toutes les parades
Les croisades , les delirs 
Il avait porté sur son dos
Fier et sans peur
Des guerriers, des rois, des empereurs 
Sous les bannières, les drapeaux 
Rusé, avec Ulysse à TROIE
En cheval de bois
Souffert, sous César et Neron
Connue, Attila et les Huns
Les invasions barbares 
La chute de Rome,  plus tard
Admiré, Alexandre le grand et son armure d'airain 
Triomphé, sous Gengis Khan dans les steppes d'Asie centrale 
Avec les guerriers mongols, sans égal 
Escorté, aux pieds des pyramides Napoléon 
Son ami Champollion 
Courageux, aux coeur de toutes les batailles 
Galope sous la mitraille 
Exploré, des déserts arides
Connue des tyrans perfides 
À  Saba, une reine sublime 
Entendu,  à  sa beaute des hymnes 
Fait profil bas, quand les armées sonnaient la retraite 
Les jours de défaites 
Percheron, porté de lourds fardeaux
Pour soulager, l'homme dans ses travaux 
Aidé, le paysan fatigué 
À  faire germer le blé... 
À  l'arrivée de l'automobile 
Son rôle, était devenu inutile 
Avec le chemin de fer
De lui, on ne savait plus quoi faire ? 
L'humanité est ingrate, songeait il ! 
Dans son enclos, fragile 
Bientôt comme Pegase, au paradis j'aurai des ailes 
On me verra, libre courrir dans le ciel
De galaxie en galaxie 
Aux confins de l'infini. 

delta delta dans Poésie.
- 360 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.