Le Voyageur ... (L'absence)

      
                                            Ensemble nous fîmes des voyages !...  
                                            Mon cœur et moi, partîmes bien des fois,
                                            Tous deux ! ...Sans oublier nos cordages ;
                                            Désunis ! ...Nous le fûmes maintes fois…

                                            Compagnon fidèle, tu me suivais,
                                            Mon confident ! ...Tu ne peux oublier,
                                            Le bout du monde, seul, où tu rêvais,
                                            Le bout de chemin, l’amitié liée…

                                            Traînant loin, tes racines et ta peine,
                                            Lassé, fatigué et parfois blessé,
                                            De l’amour, tu fais ton oxygène ;
                                            Nostalgique, tu vois le temps passé…

                                            Sans choisir, l’esprit fait ses bagages,
                                            Sachant qu’ici, le cœur va demeurer,
                                            Bien trop grand, pour être mis en cage ;
                                            L’heure a sonnée…Il ne faut pas pleurer…

                                            Sans le savoir, on emporte avec soi,
                                            En partie, les êtres qui nous aiment ;
                                            Usant leur vie, que l’absence sursoie ;
                                            Loin du cœur, l’amour devient bohême…

                                            Trouver la force, de savoir partir,
                                            Penser à demain, sans se retourner,
                                            Étouffer ses sanglots…Se repentir…
                                            A l’exil, la tendresse est condamnée…

                                            Horizon ! ...Impassible frontière,
                                            De part et d’autre, où nos regards s’échouent ;
                                            Où nos pensées s’enlacent, en croisière,
                                            Là-bas, c’était hier…Dont le temps se joue…

                                            Où es-tu à présent ? ...En quel continent ?...
                                            Quel ami, fait germer ta tristesse ?...
                                            Et naître, tes souvenirs lancinants,
                                            Évoqués, avec délicatesse…

                                            Impatient ! ...Où je suis né, je t’attends,
                                            De concert, pour le dernier voyage ;
                                            Très loin ! ...Paraît-il, le plus exaltant,
                                            En brisant, cette fois nos cordages…
                             
                                            Nous pourrons enfin, partir sans subir,
                                            Cœur, esprit, légers comme un poème…
                                            Tout l’art ou le secret, est d’établir,
                                            L’harmonie du couple, avec soi-même…                              

Noel Turo dans Poésie.
- 771 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.