Le Voyageur ... (Le retour)

                                       Mes yeux, mes mains, approchent l’horizon,
                                       Où le jour du retour, poindra demain ;
                                       L’esprit voyageur, heureux à foison,
                                       Le cœur, en vain qui cherche son chemin…

                                       Que ne suis-je ailé ! Homme-oiseau,
                                       Libre à tire-d’aile, sans frontière !...
                                       Ou tel un poisson, fuyant dans les eaux,
                                       Sans distinguer, aujourd’hui ou hier…

                                       Secondes, goutte à goutte impassible,
                                       Arrogantes, me narguent et me défient,
                                       Balancier de la vie, insensible,
                                       J’attends et peu à peu me mortifie…

                                      Suis-je d’ici, ou bien de là-bas ?
                                      Mon âme ! ...Aurais-tu vécu en ces lieux ?
                                      Mon adoption ne peut-être ici-bas !
                                      Mais en la mémoire de mes Aïeux…  

                                      Au bout de la nuit, aboutit l’espoir,
                                      Je vois poindre, l’aube du souvenir ;
                                      Au bout du tunnel, avant de déchoir,
                                      Enfin éclot, le temps de revenir

                                      Ensemble nous fîmes des voyages,
                                      Mon cœur et moi, revinrent bien des fois,
                                      Rappelés tous deux, par nos cordages,
                                      Réunis ! ...Nous le fûmes maintes fois…

                                      Le cœur sans amour, n’est que pauvreté,
                                      L’esprit perd toute persévérance ;
                                      De l’attente, fruit de naïveté,
                                      Né l’Espoir, qui consume l’Absence…

                   

Noel Turo dans Poésie.
- 570 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.