L'effleure du mâle

L'effleure du mâle

Tétons pincés tétons léchés
Inutile de tâtonner
De se soumettre ou d'hésiter
A laisser les mains commander.

Je veux tordre et biaiser
Mon âme sage et labourer
Ces galbes soyeux intentés
Tentants péchés de voluptés.

Je veux mordre je veux griffer
Coucher l'ogre et là serrer
Le corps le cœur sans retenue
Le feu la neige confondus.

Le mordiller et décliner
Laisser paraître ces côtés
Hôtes présents à mon insu
Insoupçonnés et sans vertu.

Je veux vivre je veux crever
Au sens propre, au figuré
En pincer encore pour lui
Quand la lune blême s'enfuit

Comme surprendre l'ingénue
De s'être laissée et perdue.

CrayonGris dans Poésie.
- 1494 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.