Les amours égarés

Entends-tu les violons frémir sur la tamise
Quand tombent les flocons d'un amour qui s'afflige
Entre les deux rives, qui cherche sa promise,
S'est-elle évanouie, poursuivie par les striges ?

Entends-tu les bassons gronder les monts Oural
Qui tremblent d'émotion dans les échos profonds,
A-t-il trouvé un ange aux cheveux de cristal,
Ce berger égaré au sommet d'un piton ?

Entends-tu claironner les tocsins endiablés
Qui sonnent l'hallali dans la forêt de Fay,
A-t-il conquis sa Diane aux boucles d'aubépine,
Ce chasseur ténébreux à la lèvre sanguine ?

Entends-tu les orgues au fond du Pacifique
Mugir obstinément des passions maléfiques,
Ont-elles dévoré le coeur des capitaines
Qu'elles ont envoûté, ces cruelles sirènes ?

Entends-tu psalmodier ce choeur de Colinda
Qui charme les corbeaux dans la steppe roumaine,
Le chaman éperdu chemine dans la plaine,
Amant ensorcelé par ces étranges voix.

Entends-tu les violons pleurer sur la tamise
Et mon coeur affligé qui cherche sa promise
Car je l'avais laissée sur une des deux rives,
Laquelle ? C'est le drame et depuis je dérive.

banniange dans Poésie.
- 139 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.