Les attendus du port

Oh ! Daignez-vous de nous esquiver? 
Ou serait-ce de nous fuir que vous tenter? 
Votre soudaine disparition nous chagrinent 
Des larmes nous parcourent la poitrine 
Arrivées à la périphérie de notre coeur 
Tout comme vous, elles s'évaporent  
L'éternelle douleur nous a figées dans ce port 
Mais l'attente nous a amenée à ce que notre âme se meurt 
Nous avons longtemps scruté l'horizon maritime 
Nous suppliions la mer de vaincre nos chagrins 
Nous vous sommes restées fidèles, maris intimes
Mais la douceur des vagues a eu raison de vos cœurs de marin: 


Je me serais adonnée à mon destin, prisonnier des châtiments  
Quand vous lirez ceci, sur le pont ou le long de la digue 
J'y décris sans raison, l'ombre de mes bons sentiments 
Je vous ai remplacé par la mort, quel bonheur ! 
C'est maintenant elle qui me le prodigue 
Vous m'étiez une arme contre le malheur  
Vous êtes maintenant la lame de mon tueur 
J'aurais aimé vous quitter dans d'autres circonstances 
Mais votre absence m'a bercée dans l'inconstance... 
Je n'ai point de rancoeur envers vous 
Je suis anéantie, je vous l'accorde 
Je vous voyais l'accrocher pour rentrer chez nous 
J'ai finalement posé mon cou sur cette corde
Elle n'était pas comme celle que contenait votre bateau 
Elle était azurée et belle comme cette eau  
Devant laquelle j'attendais votre retour 
Dans laquelle j'ai mis fin à mes jours... 

Votre femme dévouée 
Celle qui vous attendais 
Celle qui s'est noyé 
Dans cette mer azurée 
Elle était votre plus belle amante 
Je vous attendais mourante 
C'est moi la grande perdante  
C'est elle qui m'a tué 
Qu'elle soit couronnée 
Pour ses milles succès 
Sur ces hommes niais 
Qui belle la trouvent 
Quand ses bras s'ouvrent 
A eux, les attendus du port 
Les insensibles aux remords 
Vous le paierez tous 
Quand elle toussera 
Elle ne vous épargnera  
Et vous mourrez tous ! 
Rejoignez vos femmes 
Ce sont elles vos âmes 
Avant qu'il ne soit trop tard 
Et que l'expédition tourne au cauchemar  

Que mon cas vous serve d'exemple ! 
               
                                                    Adèle 

Giraque dans Poésie.
- 616 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.